(Dijon 1396 - Bruges 1467)

 

Jean-François Poron
alias Philippe

Les Armoiries

Philippe Duc de Bourgogne

 

Prince français de la troisième branche bourguignonne de la dynastie capétienne, la maison capétienne de Valois, et duc de Bourgogne et des Pays-Bas bourguignons de 1419 à 1467 et autres titres.

Né à Dijon, il était le fils de
  Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière-Straubing. Le 28 Janvier 1405 il fut nommé Comte de Charolais sous l'apanage de son père et probablement le même jour fiancé à Michèle de Valois (1395–1422), fille de Charles VI de France et d'Isabeau de Bavière. Ils se marièrent en Juin 1409.

Philipe épousa ensuite Bonne d'Artois (1393–1425), fille de Philippe d'Artois, Comte d'Eu, mais également veuve de son oncle, Philippe II, Comte de Nevers, à Moulins-les-Engelbert le 30 Novembre 1424.

Son troisième mariage, à Bruges en 1430 avec Isabelle de Portugal, fille de Jean I de Portugal et de Philippa de Lancaster, lui donna trois fils:

  • Antoine  1430, Bruxelless – 1432 Bruxelles, Comte de Charolais

  • Joseph   1432 –  1432 Comte de Charolais

  • Charles  1433–1477, Comte de Charolais et le successeur de Philippe en tant que Duc, connu sous le nom de "Charles le Téméraire"

  • Philippe eut également dix-huit enfants illégitimes, dont Antoine, dit le bâtard d'Orléans, de vingt-quatre différentes maîtresses.

 

Michelle
première épouse 
du Duc Philippe

Bonne d'Artois
seconde épouse
du Duc Philippe

Isabelle de Portugual
troisième épouse 
du Duc Philippe


 

Charles le Téméraire
fils
du Duc Philippe

Marie de Bourgogne
petite-fille du
Duc Philippe

Philippe devint Duc de Bourgogne, comte des Flandres, d'Artois et de Franche-Comté quand son père fut assassiné en 1419. Philippe accusa Charles le Dauphin de France et le beau-père de Philippe d'avoir organisé le meurtre de son père qui avait eu lieu lors d'une rencontre des deux hommes à Montereau et qui alimenta la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. En 1420, Philippe s'allie même avec  Henry V d'Angleterre avec le traité de Troyes. En 1423 l'alliance fut renforcé par le mariage de sa soeur Anne avec John, Duc de Bedford, régent d'Henry VI d'Angleterre.

En 1430 des troupes de Philippe capturèrent Jeanne d'Arc à Compiègne pour ensuite la livrer aux Anglais qui orchestrèrent un procès pour hérésie contre Jeanne d'Arc. L'alliance de Philippe avec les Anglais se rompit en 1435 quand Philippe signa le traité d'Arras (qui révoquait complètement celui de Troyes) et donc accepta de reconnaître en Charles VII le Roi de France. Philippe le signa pour de multiples raisons, l'une d'entre elles aurait été son désir d'être reconnu comme Premier Duc de France. Philippe attaqua ensuite Calais, mais son alliance avec Charles se brisa l'année suivante, en 1429 avec le soutien que Philippe donna à la révolte des seigneurs Français (connue sous le nom de la Praquerie) et la protection qu'il donna au Dauphin Louis.
 

Le Duc Philippe
et sons fils

Tapisserie des
Armoiries

Philippe le Bon

l'order de la
Toison d'Or

 

La cour de Philippe ne peut être décrite que comme extravagante. Malgré l'expansion de la culture bourgeoise en Bourgogne avec laquelle la cour restait très proche, lui et la noblesse - qui formait la plus grande partie de son cercle intime, ont conservé une vue chevaleresque du monde. En 1430, il créa son propre ordre de la Toison d'Or, inspiré des chevaliers de la Table Ronde. Il ne s'était pas fixé de capitale et déplaçait sa cour entre différents palais d'importantes villes comme Bruxelles, Bruges ou Lille. Il organisait de grands banquets et d'autres festivités et les chevaliers de son Ordre, voyageaient souvent à travers tout le pays pour participer à des tournois. Pour la période 1444-46, on estima qu'il aurait dépenser une somme équivalente à 2 % du revenu fiscal principal de Bourgogne,appellée la recette génerale, rien qu'avec un seul fournisseur italien en soie et tissus d'Or, nommé Giovanni Di Arrigo Arnolfini.

Sa cour était considérée comme la plus spendide en Europe, devenant un modèle pour le goût et la mode ce qui aida probablement considérablement l'éconnomie bourguignonne avec ses produits de luxe (généralement des Flandres) qui furent recherchés par l'élite de l'Europe entière. Durant son règne, par exemple, les commissionaires Anglais de manuscrits enluminées abandonnèrent les les produits Anglais et Parisiens au profit de ceux des Flandres, comme l'ont fait d'autres acheteurs étrangers. Philippe lui-même auraient contribué grandement en commandant six-cents manuscrits pour la collection ducale, faisant de lui l'un des plus importants clients de cette période.

 

une scène de la Cour

la Cour de
Philippe le Bon

Le Peintre
Jan Van Eyck


Philippe était aussi grand amateur d'autres arts, commandant de nombreuses tapisseries ( qu'il eut tendance à préférer aux peintures), des pièces d'orfèvrerie, des bijous et d'autres objets d'arts. C'est lors de son règne que la Chapelle de Bourgogne devint le centre musical de l'Europe avec son Ecole Bourguignonne pour compositeurs et chanteurs. Gilles Binchois, Robert Morton, et plus tard Guillaume Dufay, le célèbre compositeur du XVème siècle, ont tous participé à cette Chapelle de la cour de Philippe.


Philippe de Bourgogne meurt le 15 Juin 1467

 
 


retour


wikipédia et différentes sources Internet



 © 2008 - 2017 Linda Compagnoni Walther
design par LaLuna