Quelques comptes rendus des visites
en 2009 - 2016
Nous avons rencontré Juliette au moins cinq fois par an
 

 

photo de Mistral,Juliette Benzoni et Frédérique
31.10.2009 → ICI


03.03.2010 → ICI

Juliette Benzoni et les filles des grands chemins
25.07.2010 → ICI

     

Mistral/Linda,Hélène,Frédérique chez Juliette
30.09.2010 → ICI

Mistral, Juliette Benzoni et Frédérique - anniversaire de Juliette
30.10.2010 → ICI

Dédications pour les filles des grands chemins - Mistral,Hélène,Claudia et Frédérique
15.05.2011→ ICI




 

Un menteur doit avoir une bonne mémoire. Ceci est encore vrai aujourd'hui. Un menteur qui prend la peine de dire un mensonge devrait au moins prendre  le temps de  s'en souvenir quand il a besoin de savoir ce qu’il a dit. 

Louis XVI
le Roi préféré de Juliette Benzoni.


 

texte par Linda, 25 juillet 2010
Je pense que vous avez déjà tous ressenti l’agréable attente d’un heureux évènement ! La joie et l’excitation quand vous savez que vous allez rendre visite à un ami spécial, un vieil ami cher à votre cœur ! Il y a différentes façon de décrire cela. Bien que quelquefois, garder ces beaux souvenirs pour nous seules seraient presque préférables ! Cependant, il ne fait pas aucun doute que j’adore partager avec mes chers visiteurs et tous les fans de Juliette Benzoni, la toute dernière visite de Frédérique et moi,  à notre phénoménale amie Juliette. Et  nous devons admettre que nous adorons nous appeler maintenant :

le nom qui a donné à notre Juliette – acquiesçant de la tête -  un sourire radieux ! Evidemment, elle avait tout de suite compris pourquoi nous l’avions choisi ! Rien ne lui échappe, même si  cela parait n’être qu’un petit détail !!

Donc les filles des grands chemins sont arrivées pile à l’heure à Saint-Mandé. JouJou m’a poussée en avant et m’a dit : « Vas-y, c’est à toi de sonner aujourd’hui ! ». Avec étonnement, nous avons réalisé que la porte s’est presque ouverte comme par magie (oui, nous avons du quand même la pousser un peu ☺ et nous sommes entrées dans la cour Benzoni. Le jardin était alors rempli de belles fleurs. Je me suis arrêtée un moment en pensant, un sourire aux lèvres « cher jardin, j’ai pu t’admirer en automne, en hiver et maintenant en été ! » Les arbres semblaient se pencher vers moi et les fleurs répandaient leur magnifique parfum … comme si le jardin lui-même nous accueillait à nouveau !

Et notre très chère Anne, tendre et chaleureuse fille de Juliette Benzoni, nous attendait. Oliver, le « maître » de maison a suivi et ces joyeux « woof woof » nous ont conduites  jusqu’au salon. Juliette s’est levée et je vous laisse imaginer nos salutations enjouées !
Nous avions tant à nous dire, en sirotant l’incontournable coupe d’un délicieux Champagne ! Nous avons bien sûr parlé de son dernier livre : « La Dague au Lys Rouge » et j’ai pu à nouveau lui raconter comment j’ai pu lire mon tout premier livre en français ! Très théâtralement, j’ai montré comment j’avais le livre dans une main et le dictionnaire sur les genoux !! JouJou et moi nous étions mis d’accord pour ne pas demander ce que serait le prochain livre « Le Couteau de Ravaillac » !  Mais évidemment, nous n’avons pas pu résister,


 

Et oui, évidemment nous ne pouvons pas en parler ! Sachez seulement qu’il sera aussi merveilleux que ces autres romans ! Nous avons parlé d’une nouvelle page faite par Frédérique où ses fans peuvent ajouter leur photos pour les montrer ensuite à Juliette ! Elle a été encore une fois très touchée d’avoir tant de lecteurs fidèles.  Ceci lui va droit au cœur.
Comme nous le savons maintenant, Juliette Benzoni va passer à la télévision le 18 Août sur France 2 dans l’émission « Secrets d’Histoire » de Stéphane Bern et tout comme nous, notre auteur préféré l’attend avec impatience même si elle dit « non, non, je ne la regarderais pas » Mais nous l’avons convaincue qu’elle serait splendide !

Nous avons alors été invitées à partager un repas qui nous a mis l’eau à la bouche ! Le dessert était si délicieux et nous avons été gâtées comme des enfants au jour de Noël ! Oui nous adorons ça et  nous avons eu des sujets de conversation des plus intéressants. Notre hôte nous a fait partager de merveilleux souvenirs que ce soit du passé ou du présent ! N’étant jamais bien loin, nous avons évidemment évoqué « Catherine de Montsalvy ». Alors que l’on reparlait encore de ce terrible  film de 1969 « Catherine », Anne s’est éclipsée un moment.

Anne est alors revenue pour nous montrer un souvenir de ce film qui avait fait pleurer Juliette « comme une fontaine » ! C’était un gobelet comme ils en utilisaient au moyen-âge.  Fêtant la sortie du film par  un banquet, tous les invités avaient  bu dans ce verre qu’ils pouvaient alors ramener chez eux !  Au pied du verre, il est  gravé « Catherine Lira Films 1968 ». Juliette avec un clin d’œil me dit : Linda, je vous en fais cadeau ! Juliette sait que je déteste vraiment ce film, mais détesté ou pas, c’était un nouvel objet rare pour Linda la fan de « Catherine ». Merci beaucoup ma très chère Juliette. Je suis toujours émerveillé par votre générosité envers JouJou et moi !

Ce fut à notre tour cette après-midi de la surprendre, avec la chanson « Catherine, ma mie » ! Elle a été profondément émue  d’écouter cette chanson dont elle avait écrit les paroles il y a si longtemps alors que seuls deux livres « Catherine » avaient été publiés ! Je le lui ai fait écouter sur mon iTunes et je peux vous dire que les oreilles de Juliette Benzoni fonctionnent parfaitement ! Excusez moi encore Juliette, ce n’est pas parce que Mistral est un peu sourde d’une oreille que Juliette l’est aussi. Elle avait écouté la chanson à sa création mais alors chantée par une femme. C’était  donc la première fois qu’elle entendait un homme chanter cette merveilleuse chanson et alors qu’elle écoutait « Catherine, il suffit d’un amour », Juliette a été émue aux larmes.En aparté, je serais ravie si cette chanson pouvait être réenregistrée. Et je connais le parfait interprète pour chanter cette adorable ballade de « Catherine, ma mie » !
Comme je l’avais promis, je voulais lever le voile sur le secret du père d’Arnaud de Montsalvy « Amaury » ! Je lui ai expliqué qu’en lisant la semaine dernière Le Sang, La Gloire et l'Amour et : au chapitre deux « Bertrand du Guesclin », je suis tombée sur le nom du page du Connétable du Guesclin « Amaury » ! Comme je m’y attendais, Juliette a voulu revoir le livre et lire le passage où ce nom était mentionné ! Pour un moment, je dois l’admettre, j’ai été un peu embarrassée et anxieuse en regardant son visage, l’idée m’a traversée l’esprit pendant une seconde que j’avais vraiment posé une question bête ! Je n’avais pas à avoir peur, n’est-ce pas Frédérique ? Elle a levé les yeux vers nous, avec ce regard que l’on connait bien maintenant et que nous aimons tant. Ce qu’elle m’a dit alors m’a fait rougir un peu et vous comprendrez que je le garde pour moi ! Mais, elle a dit alors à Anne que les « filles » étaient stupéfiantes et pour Frédérique et moi, c’est la plus belle des récompenses.


(merci Evelyne pour cette magnifique création)


Nous lui avons alors dit avec un peu de malice dans les yeux, comment nous devions l’appeler maintenant puisqu’elle est une Comtesse, plus exactement la « Comtesse Benzoni de Conza ». Apprenant par là même que l’éditeur italien « Garzanti » avaient commis une faute de frappe. Il était écrit « Contessa Benzoni di Couza » au lieu de « Conza » ! Juliette a souri et nous pourrons encore l’appeler simplement Juliette !! Mais sérieusement, je lui ai raconté que ma famille avait fait des recherches et ils avaient trouvé qu’il y avait eu un temps des Comtes. Et là, ce fut au tour de Juliette de me « taquiner » ! Regardez donc la dédicace sur mon livre italien « Il suffit d’un amour – II ».

J’ai montré à Juliette l’édition italienne de « Il suffit d’un amour – II ». Comme je m’y attendais, Juliette nous a tout de suite raconté une anecdote sur cette photo d’elle « très glamour ». En fait, je possédais là une rareté sans le savoir ! Cette photographie nous montre Juliette, le jour où elle est allée signer son tout premier livre chez son éditeur !

Ce que je ne veux surtout pas oublier de voir dire aujourd’hui, Juliette Benzoni répondra avec plaisir aux « 12 questions de Mistral » ! Mais nous devrons attendre qu’elle finisse la saga « Le Bal des Poignards » ! Je dois confesser que je suis toujours un peu nerveuse quand je propose ces questions ! N’oublions pas que je ne suis pas une « vraie journaliste » ! Et aujourd’hui, le demander à mon écrivain préféré, j’ai eu besoin des encouragements de ma chère amie Frédérique ! Nous voulons aussi remercier Anne, la merveilleuse fille de Juliette, de nous avoir fait cette belle surprise en nous montrant ces incroyables et superbes portraits de sa maman. L’un d’entre eux nous montre une jeune Juliette de 11 ans tandis que le deuxième nous dévoile la belle jeune fille de 18 ans qu’elle a été.  Ces portraits – à notre connaissance – n’ont jamais montré sauf en privé. Anne, comment vous remercier pour ce prodigieux cadeau !!


click...

(merci Laluna pour cette magnifique création)

Ce dimanche, que nous attendions avec ravissement, est tout doucement venu à sa fin ! Nous avons été heureuses et très touchées quand Juliette Benzoni nous a demandé : « Quand viendrez-vous la prochaine, bientôt, j’espère ? » Oui, très très chère amie, vos « filles » viendront quand vous le souhaiterez et aussi souvent que vous voudrez bien nous accueillir à Saint-Mandé avec Anne et Oliver.

Vos très fidèles et reconnaissantes

« Filles des grands chemins »
Linda (Mistral) & Frédérique



je voudrais remercier Frédérique avec un
 gros câlin  pour cette très belle contribution
 pour  notre tout dernier week-end magique
à Saint-Mandé. Splendide JouJou BRAVO




 © 2008 - 2017 Linda Compagnoni Walther