La Chimère d'or des Borgia - 2011
par Juliette BENZONI
 


Un parfum de scandale...

extrait de La Chimère d'or des Borgia

Le texte choisi par Linda Compagnoni Walther et création par Frédérique

En revenant de la messe, le surlendemain, et sans même prendre le temps d'ôter ses vêtements de sortie, Marie-Angéline demanda à Cyprien :

— Toujours pas de nouvelles ?

— Toujours pas ! Mais il n'est qu'un peu plus de 7 heures ! Madame la marquise à déjà demandé son petit déjeuner.

En grimpant l'escalier quatre à quatre, elle pensa que la vieille dame n'avait pas dû dormir beaucoup non plus cette nuit et, de fait, en pénétrant dans la vaste chambre, elle la vit assise sur son lit, contemplant avec une mélancolie en accord avec ses traits tirés le plateau posé sur ses genoux.

— Nous chipotons ? s'écria-t-elle en affectant de prendre un ton enjoué.
Mme de Sommières fit la grimace.

— Ne criez pas si fort ! Je n'ai pas faim, c'est tout ! Mais que cela ne vous coupe pas l'appétit, ajouta-t-elle en voyant entrer Louise, sa femme de chambre, munie d'un nouveau plateau copieusement garni qu'elle déposa sur une petite table proche du lit.

C'était une habitude ancienne : quand Marie-Angéline rentrait de Saint-Augustin - à jeun, communion oblige ! les deux dames déjeunaient ensemble, l'une dans son lit, l'autre à la table, en commentant les potins du quartier dont l'arrivante rapportait toujours un plein panier, grâce à l'espèce de centre de renseignements qu'elle s'était créé au contact des habitués de l'office matinal. Le rituel commençait en général par le « Quelles nouvelles aujourd'hui » de la marquise. Cette fois, rien ne vint sinon, au bout de quelques instants :

— Nous sommes idiotes toutes les deux de nous tourmenter comme nous le faisons ! Bien sûr Aldo avait promis de téléphoner dès son arrivée mais souvenons-nous que le Simplon n'entre en gare de Venise qu'à 19h40... sauf retard possible, qu'il faut le temps de rentrer à la maison et que, si on lui a annoncé, à ce fichu téléphone, une attente de trois ou quatre heures, il aura pensé que cela nous amènerait trop tard - surtout s'il est lui-même fatigué ! Et je reste persuadée qu'il va appeler ce matin ! Mangez donc, au lieu de continuer à tartiner ce toast d'un air dégoutté !
Ce qui eut pour effet de faire reposer aussitôt couteau et tartine.

— Je ne peux m'empêcher d'être inquiète ! Et je ne sais même pas pourquoi !

plus de détails :
Sur la création, Sylvie Testud dans son rôle de l'institutrice Mademoiselle Mullard.

 


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


message by Juliette Benzoni


 

idée et conception © 2008 - 2016  linda compagnoni walther