Piège pour Catherine

par Juliette BENZONI
 

LES MONTSALVYS - Editions Trévise 1973
A la demande de très nombreux lecteurs des 5 romans de la série CATHERINE, Juliette Benzoni, abandonnant, très provisoirement, la capiteuse Marianne qui entraine ses admirateurs sans les fastes Ier Empire, reprend la suite de la vie aventureuse et passionnée de la Dame de Montsalvy et lui consacre un nouveau tome : PIEGE POUR CATHERINE Opéra Mundi.
 
Détail spécial... et à la fin du livre nous trouvons ce texte :
Un beau et grand roman, digne de celle qu'a couronnée cette année le prix Alexandre Dumas et dont Alain Decaux écrit :
« Oui, Juliette Benzoni est une conteuse-née et un écrivain qui ressuscite l'Histoire dans un merveilleux roman d'amour ».
PIEGE POUR CATHERINE, comme ses autres ouvres, fera le tour du monde.

Extrait de
« Piège pour Catherine »

Création par Evelyne et le texte choisi par Linda

Magnifiquement vêtu d'une huque de velours vert et de chausses collantes, noires, disparaissant dans de longues bottes à revers en daim montant jusqu'à mi-cuisses, le nouveau venu portait avec élégance un grand manteau de velours noir brodé d'or, dont les larges manches déchiquetées laissaient voir la doublure de taffetas vert. Une lourde chaîne d'or passée à son cou et un chaperon de velours vert, dont le pan était retenu par un griffon d'or, complétaient un costume que tous ces provinciaux, vêtus de mailles d'acier et de cuir taché, contemplèrent avec une admiration que n'entachaient d'ailleurs ni critique, ni envie..

(..)

« En franchissant le seuil, blasonné d'un porc-épic couronné taillé dans la pierre, la jeune femme ne put retenir un frisson que perçut son compagnon. Il la regarda, inquiet :

Jean de Dunois :
Avez-vous froid ? Vous tremblez, il me semble....

Catherine :
Non, Monseigneur. Je n'ai pas froid. J'ai peur.

Jean de Dunois :
Vous? Avoir peur ? Il fut un temps, Catherine, où vous ne craigniez ni la torture, ni même le gibet... vous y marchiez bien fièrement quand la Pucelle vous a sauvée...

Catherine :
Parce que tout cela ne menaçait que moi. Mais je n'ai aucun courage quand il s'agit de qui j'aime. Et j'aime monseigneur Arnaud plus que moi-même, vous le savez bien.

Jean de Dunois :
Je sais, approuva-t-il gravement. Et je sais aussi que cet amour est capable des plus difficiles exploits. Pourtant, rassurez-vous : ici, vous n'affronterez aucun ennemi, mais un prince qui vous veut du bien...


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

photo de Pierre DENY
Séries-tv : Catherine, il suffit d'un amour
réalisée par Marion SARRAUT


message by Juliette Benzoni


idée et conception © 2008 - 2016
 linda compagnoni walther