par Juliette BENZONI

Ces Femmes du Grand Siècle a été l'avant dernier
livre de Juliette Benzoni avant de nous quitter


Création par Frédérique et le texte choisi par Linda et Frédérique

Parmi les nombreuses nouvelles historiques écrites pour la revue Confidences, dans laquelle Juliette Benzoni a fait ses débuts dans les années 1960, quelques-unes sont restées inédites.

Retrouvées au fond d’une malle, elles permettent de découvrir les qualités de style, de sobriété, d’élégance, d’ironie légère et de talent descriptif qui ont fait le succès de leur auteur il y a près de soixante ans.

Et, au-delà d’une chronique amoureuse brodant sur les sempiternelles Montespan, La Vallière ou Ninon de Lenclos, de faire connaissance avec de petites ou grandes dames bien oubliées, auxquelles elle redonne la beauté, le piquant, l’audace, l’esprit qui firent le lit de leur bonheur, de leur malheur, voire de leur déshonneur. Juste pour le plaisir de raconter ! Joëlle Chevé HISTORIA (2015)


Extrait du chapitre « Quand Louis XIV aimait Marie Mancini »

Dialogue entre : Le Cardinal Mazarin et Marie Mancini

—Vous n'êtes qu'une insolente, Mademoiselle, et vous n'êtes pas encore reine. Je peux même vous assurer que, moi vivant, vous ne le serez jamais, car j'aimerais mieux vous tuer de mes propres mains. Prochainement la Cour va se rendre à Saint-Jean-de-Luz, où le Roi rencontrera sa future. Mais vous, qui êtes toujours ma nièce et sur qui j'ai tout pouvoir, vous partirez demain matin pour Brouage avec vos sœurs, et Madame de Venel aura ordre de vous y garder à vue !

Subitement dégrisée, Marie poussa un cri de douleur :

—Non, mon oncle, je vous en supplie, pas cela ! Ne m'éloignez pas ! Je ne pourrais pas le supporter !

—Il a bien fallu, moi, que je vous supporte, vous et votre impudence ! J'ai dit que vous partiriez, et vous partirez demain ! Sortez, maintenant, et allez faire vos coffres !

Il n'y avait pas y revenir. marie, éplorée, alla se jeter dans les bras de Louis et le supplia de la sauver. Mais Louis savait bien que le cardinal avait tout pouvoir sur sa nièce, un pouvoir que même le Roi ne pouvait rompre, car il représentait la puissance paternelle. Il comprit qu'il fallait se résigner.

Le Lendemain, 22 juin 1659, Louis, qui ne songeait pas à cacher ses larmes, conduisit Marie au carrosse qui attendait dans la cour du Louvre. Elle y monta sans un mot puis, comme le jeune homme, dans la peine qu'il avait à se séparer d'elle, se penchait à la portière pour la revoir encore, elle lui jeta avec rancune _

—Ah, Sire ! Vous êtes Roi, vous pleurez... et je pars !

Louis hocha la tête d'un air désolé. Mais comme il se rejetait en arrière pur laisser partir la voiture, Marie arracha sa manchette de dentelle en criant :

Je suis abandonnée !


* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *


message by Juliette Benzoni


idée et conception © 2008 - 2016
 linda compagnoni walther