Mistral's douze questions

 

Interview avec Juliette Benzoni
par Linda Compagnoni Walther

le 28 septembre 2010



 

Linda : Bonjour très chère Juliette, quelle a été votre réaction quand vous avez reçu la lettre de Frédérique et la mienne ? Apprenant ainsi qu’il existait des sites de fan à propos de Juliette Benzoni?

Juliette Benzoni : J’en ai été ravie, bien sûr ! Je savais déjà que j’avais beaucoup de lecteurs dans le monde sinon pourquoi aurait-on  pris la peine de me traduire en… je ne sais plus au juste combien de langues mais que quelqu’un prenne la peine de s’intéresser à moi, c’était nouveau. J’ai voulu vous voir et j’ai découvert de vraies amies. C’était merveilleux ! Et je crois que je ne vous remercierai jamais assez !

Linda : Savez-vous que vous avez des millions de fans dans le monde entier, âgés de 14 à 100 ans (et plus )

Juliette Benzoni : Cette question rejoint la précédente. Mes éditeurs m’ont toujours tenue au courant et aussi ceux de mes amis qui, voyageant à travers le monde m’envoyaient des photos de librairies à Pékin, à New-York ou ailleurs. Le courrier aussi me renseignait mais pas aussi bien que vous. Je ne suis pas  - encore ! – inscrite à Internet !

Linda : Comme nous l’avons appris par d’anciennes interviews, vous n’êtes absolument pas contente de la manière dont “Catherine” a été tournée en 1968. Qu’est-ce qui vous a motivé à participer à l’adaptation TV de 1985?

Juliette Benzoni : Je crois n’avoir jamais autant pleuré de ma vie – pour une question de travail naturellement ! – qu’en visionnant ce film aux Studios de Boulogne. C’était tout ce qu’on voulait sauf mon histoire. Comme on était en 1968, l’adaptateur n’avait retenu qu’une chose : cela se passait à Paris pendant une révolte de l’Université ! Partant de là, mon héros Arnaud de Montsalvy s’était retrouvé étudiant contestataire – au lieu de capitaine de Charles VII ! – puis un chef d’une bande de brigands en forêt de Fontainebleau et ainsi de suite… Une horreur ! Je voulais retirer mon nom du générique. Résultat : les coproducteurs allemands et italiens ont refusé de payer. Le film n’a été diffusé que huit jours au lieu d’un mois avant d’être interdit par voix de justice… ce qui ne l’a pas empêché de faire une petite carrière au Moyen-Orient. Au bout de dix ans, il a même fait une apparition furtive à la télévision. J’en possède d’ailleurs une copie que je dois à la gentillesse d’Henri-Jean Servat.

Toute autre a été l’adaptation à la télévision qui m’a donné beaucoup de joie. Voulue par mon ami Henri Spade, l’une de ces plus grandes figures aujourd’hui disparue, elle m’a permis de voir mon histoire se mettre à vivre devant moi – comme j’avais vu vivre auparavant MARIANNE sous les traits de Corinne Touzet, alors débutante ! – mes personnages grâce au talent de Marion Sarraut, réalisatrice infatigable, et des jeunes comédiens dont elle aimait à s’entourer : Pierre-Marie ESCOURROU, Claudine ANCELOT, Gérard CHAMBRE, Benoist BRIONNE, Pierre DENY, Philippe NAHON, Philippe CAROIT, Christian RAUTH et aux un petit peu moins jeunes, Pascale PETIT, Dora DOLL, Jean-François PORON et l’irrésistible Philippe CLAY ! Sans compter la superbe reine Yolande que voulut bien incarner Geneviève CASILE de la Comédie Française, Georges MONTILLIER, évêque Cauchon plus vrai que nature, Marthe MERCADIER et Isabelle GUIARD qui fut une émouvante Jeanne d’Arc !Quant à l’adaptation j’ai été d’autant plus ravie d’y participer que j’y ai fait mes classes sous la houlette de Jean CHATENET, l’un des tout-meilleurs qui est devenu un ami ! C’était passionnant ! J’ajoute que j’ai vécu avec cette joyeuse bande quelques-uns des meilleurs moments de ma vie et que je lui garde amitié et reconnaissance comme évidemment à ceux du Gerfaut et de la Florentine !

Linda : Avez-vous de jolis souvenirs, qu’ils soient amusants, hilarants ou même catastrophiques du tournage de  “Marianne, Catherine, Le Gerfaut et Fiora, la Florentine?

Juliette Benzoni : Aucun souvenir précis ne me revient mais relisez juste ce que je viens d’écrire sur cette joyeuse bande.

Linda : Aujourd’hui, de nombreuses années se sont écoulées depuis la publication de “Catherine”,  votre tout premier grand succès, en 1962. A votre avis, pourquoi “Catherine”  est toujours LE LIVRE de référence de Juliette Benzoni dont on parle toujours, alors même que vous avez écrit tant d’autres best-sellers?

Juliette Benzoni : Peut-être parce qu’il a été non seulement le premier succès mais aussi le premier de mes romans.. et aussi le plus long : sept tomes alors que Marianne en compte six et qu’ensuite je n’ai dépassé le chiffre 4 que pour « Le Boiteux de Varsovie » et sa suite puisque j’écris en ce moment le 11ème . Je crois cependant que, grâce à la série télévisée, le Gerfaut a rejoint Catherine. Il m’a même valu une aimable lettre de Ronald REAGAN, alors Président des Etats-Unis et de sa femme Nancy à cause de ma description de la guerre d’Indépendance !

Linda : A chacune de vos séries de livres, vous choisissez toujours une époque différente. Pouvez-vous nous dire ce qui vous fait choisir une telle ou telle période historique pour un nouveau roman ?

Juliette Benzoni : Je ne choisis pas une époque différente, je choisis en fonction de l’histoire que je souhaite raconter avec tout de même une nette préférence pour le Moyen-âge : CATHERINE, UN AUSSI LONG CHEMIN, Les CHEVALIERS, DE DEUX ROSES L’UNE, même La FLORENTINE qui frôle cependant la Renaissance. Il y a surtout des personnages qui m’ont toujours tentée : Jeanne d’Arc, le sublime roi lépreux, Baudouin IV de Jérusalem, le Duc Beaufort, le Baron de Batz, je les ai tous réalisés. A présent, cela marche au coup de cœur, à une envie qui passe. Mais, avant d’écrire, il me faut toujours un assez long temps de documentation. A présent, j’avoue un vif plaisir à écrire la série Morosini avec ses joyaux célèbres plus ou moins meurtriers.

Linda : Vous avez écrit aujourd’hui 76 livres (et comme nous le savons, vous êtes en train d’écrire la suite de “La dague de lys rouge”) Y-a-t-il un personnage, homme ou femme, que vous aimez par-dessous tout, sur lequel vous adorez écrire et vous nous direz-vous lequel 

Juliette Benzoni : Cette question rejoint la précédent mais il est vrai que, si j’ai renoncé à donner une suite au GERFAUT, par force (*), je songe parfois à un huitième CATHERINE. Si Dieu le veut !

Linda : Nous le savons tous, votre tout dernier livre est “ La dague de lys rouge”. Pouvons-nous espérer le voir traduit en langues étrangères comme l’Anglais, l’Espagnol, l’Italien ou l’Allemand ?

Juliette Benzoni : Je n’en sais rien du tout. Mon éditeur non plus d’ailleurs !

Linda : Existe-t-il encore un personnage historique sur lequel vous avez toujours voulu écrire mais sans jamais trouvé le bon moment pour le faire?  

Juliette Benzoni : Je n’en vois pas.

Linda : Y-a-t-il une question que l’on ne vous a jamais posée et à laquelle vous aimeriez répondre?

Juliette Benzoni : Non. En revanche, il y en a une que l’on m’a posée avec une grande régularité : “Où allez-vous chercher tout çà?” Alors, une fois de plus : dans ma passion de l’Histoire et le bonheur d’écrire !

Linda : Quel conseil donneriez-vous à un auteur encore inconnu, qui aimerait écrire des romans historiques comme vous l’avez fait dans le passé et que vous faites toujours aujourd’hui?

Juliette Benzoni : D’abord une solide préparation. Il faut étudier l’époque, les personnages réels, faire une chronologie, étudier les modes de vie, les modes tout court, tout ce qui peut enrichir et donner une véracité. Cela demande beaucoup de temps et de beaucoup de travail. C’est pourquoi il y faut avant tout la passion. Après on peut laisser les personnages fictifs vivre leur vie comme ils l’entendent.. ou comme ils le peuvent !

Linda : Si vous pouviez faire ce vœu, lequel de vos personnages fictifs ou quel personnage réel voudriez-vous être pour une journée?

Juliette Benzoni : Sans hésiter la marquise de Sommières, pour le plaisir d’évoluer parmi des gens tout à fait selon mon cœur. J’adorerais avoir Aldo Morosini comme neveu !

Peut-être aussi le cardinal de Richelieu : pour voir l’effet que cela fait d’exercer le pouvoir suprême ! Mais seulement pour vingt-quatre heures !

J'aimerais remercier ma très chère amie Juliette Benzoni du plus profond de mon cœur pour m'avoir fait l’extraordinaire honneur de répondre à mes 12 questions. Il y a deux ans, je n'aurais jamais rêvé d'une telle chose : Pouvoir interviewer mon auteur préféré ma bien-aimée Juliette Benzoni, qui a écrit Catherine, la seule série de livres dont le souvenir ne m'a jamais quitté depuis plus de quarante ans. Juliette, vous êtes si adorable, s'il vous plaît, n'arrêtez jamais d'écrire. Merci beaucoup pour la magnifique amitié que vous m'avez offerte dès les premiers instants de notre première visite. Pour le sourire que vous m'avez adressé en me disant : Très bien, j'écrirai un huitième livre Catherine!! Je me prosterne devant vous et votre talent, votre énergie et votre volonté. Vous êtes la plus phénoménale et étonnante femme que j'ai rencontrée!

(*) : Elle nous avait déjà dit qu’il ne pouvait avoir une suite au Gerfaut, car le personnage aurait eu le même destin que le Baron de Batz dont elle écrit l’histoire dans « Le Jeu de l’Amour et de l’Amour » : celui de tout faire pour sauver Louis XVI, la Reine Marie-Antoinette et le Dauphin. 

 

J'aimerais remercier ma très chère amie Juliette Benzoni du plus profond de mon coeur pour m'avoir fait l"extraordinaire honneur de répondre à mes 12 questions. Je n'aurais jamais rêvé d'une telle chose : Pouvoir interviewer mon auteur préféré ma bien-aimée Juliette Benzoni, qui a écrit Catherine, la seule série de livres dont le souvenir ne m'a jamais quitté depuis plus de quarante ans. Juliette, vous êtes si adorable, s'il vous plaît, n'arrêtez jamais d'écrire.

Merci beaucoup pour la magnifique amitié que vous m'avez offerte dès les premiers instants de notre première visite.  Je me prosterne devant vous et votre talent, votre énergie et votre volonté. Vous êtes la plus phénoménale et étonnante femme que j'ai rencontré!

Merci beaucoup très chère Juliette

Un merci spécial pour ma chère amie Frédérique
qui m'a encouragé à demander cette interview de Juliette

 © Linda Compagnoni Walther (Mistral) 
le 28 septembre 2010

 


...et le lien pour...

image - texte Mon Questionnaire de Proust

par Juliette Benzoni


Return

 © 2008 - 2017 linda compagnoni walther